Ça ne sentait pas bon. J’avais l’impression d’avoir le pied posé sur une mine. Je ne parvenais pas à déterminer si oui ou non l’assassin était parti, malgré tous mes scans. Il semblait maintenant que j’étais victime de ma propre idée géniale. La principale raison pour laquelle j’avais choisi cet endroit pour lui tomber dessus, c’était l’interférence provoquée par la tempête solaire toute proche. Et voilà qu’elle baisait mes scanners comme elle avait baisé les siens. Cinq minutes de plus s’écoulèrent. Et puis merde. Je n’allais rien faire. S’ils voulaient me réduire à néant, ils pouvaient le faire à n’importe quel moment. Entre-temps, je pouvais toujours réfléchir aux cartes que j’avais en main.

En tout premier lieu, il y avait probablement une douzaine d’esclaves enfermés dans la soute à marchandise, drogués et entassés pour faciliter le transport. Ça fait un gros paquet de crédits. Il est possible qu’une ombre ait surveillé le transporteur, pour s’assurer qu’il ne faisait rien de suspect. Quand il s’est fait détrousser, l’ombre l’a liquidé. Ces gens-là ne s’intéressent qu’au produit, pas à leurs employés. Mais dans ce cas, pourquoi ne m’ont-ils pas encore contacté sur les comms? J’imagine qu’ils tenteraient de me forcer la main pour que je termine le trajet du transporteur.

Mon ordinateur finit de négocier avec celui du conteneur. Mon écran s’illumina de commandes permettant de contrôler les signes vitaux, d’accéder au flux des médicaments qui les maintenaient endormis, de changer la température et la pression, etc. Il n’avait aucun numéro d’enregistrement, donc il avait probablement été récupéré et réaffecté, ou volé et effacé.

J’effectuai un nouveau balayage des signaux dans les environs, juste pour voir si mon ami somnolait. Apparemment pas. Rien. Ça paraît ridicule de pulvériser le transporteur pour ensuite s’en aller. Mais d’un autre côté, qui sait, il y a des tarés là-dehors.

Je donnai un petit coup sur le manche à balai. Un des propulseurs secondaires sur l’aile se mit en marche. Tous mes écrans de défense s’allumèrent en lançant des alertes de verrouillage-missile. Je vis rouge. J’éteignis les indicateurs d’alerte d’un coup de poing, ce qui fissura le cadre de l’écran. D’accord. D’accord. J’étais impatient de trouver un moyen de me sortir de là et d’écraser cette limace.

Mais en réalité, je n’avais pas grand chose pour moi. J’étais à la merci d’un assassin avec un incroyable système de furtivité.

J’avais une caisse pleine d’esclaves dans le coma sans indice de provenance ou numéro d’enregistrement, et qui pourrait donc aussi bien venir du royaume des fées. L’un dans l’autre, j’étais bien bai-

“Vaisseau non-identifié de classe Freelancer. Selon l’article 43 du Décret sur L’Autorité de l’Advocacy, vous avez ordre de couper vos moteurs.” C’était une femme. Peut-être l’Agent aperçue sur le Centre?

Les mots me manquent. À ce stade, je ne peux pas être plus furieux. Je suis sûr que la gentille Agent de l’Advocacy sera excessivement compréhensive quant à mon histoire d’assassin invisible, qu’elle ne m’inculpera pas de trafic d’esclaves, et ne me condamnera pas à trente ans sur un monde-prison. Peut-être était-ce elle l’assassin ? Peu probable. Mes scanners étaient toujours perturbés par la tempête, donc il n’y avait nul besoin de se donner tant de mal. Non, j’en doute. Peut-être l’assassin leur a-t-il passé un coup de fil…

“Vaisseau non-identifié de classe Freelancer. Vous avez une minute-”

Et merde. Je mis plein gaz et fit faire demi-tour au vaisseau. S’ils veulent me tirer dessus, qu’ils me tirent dessus en pleine fuite. L’intercepteur de l’Agent de l’Advocacy démarra et fila à ma poursuite. Des tirs de laser fusèrent autour du cockpit. Je remontai mes boucliers au maximum. Ça devrait suffire à bloquer ses tirs, et puis elle n’essaie pas de me détruire. Elle va cibler les systèmes non-essentiels, propulseurs secondaires, tout ce qui pourrait m’entraver. Cela montre aussi qu’elle sait ce qu’il y a dans la soute.

Je retournai vers la civilisation. J’étais en train d’étudier les voies de navigation, lorsque mes boucliers s’embrasèrent et le vaisseau trembla. Elle m’avait touché avec un missile sans guidage. Hmm. Je suis à peu près certain que ce n’est pas la procédure opérationnelle standard.

J’encaissai une série de tirs de lasers avant de pouvoir plonger hors du déluge de feu. Les boucliers avaient besoin d’un peu de temps pour remonter. Donc dans l’intervalle, on allait voltiger. Elle était agile, beaucoup plus que mon vaisseau, mais j’avais une ou deux surprises pour elle. J’avais mes canons, bien sûr, mais pas question de combattre contre un Agent de l’Advocacy. Je n’ai pas besoin de ce genre de publicité, donc j’avais mis la plupart de mes modifications dans le maniement du vaisseau; des propulseurs additionnels cachés, moteurs d’appoint, freins-suicide. La totale. Elle allait avoir droit au grand jeu.

Nous nous fendîmes et nous enroulèrent à travers l’espace, sans jamais nous détourner de la route nous ramenant vers le flux du trafic. Je filai vers le point de saut, et j’étais certain qu’elle l’avait deviné. Elle se démenait pour obtenir un verrouillage-missile, et j’employais toutes les astuces connues pour l’en empêcher.

Plus loin devant, des vaisseaux de la police locale quittèrent leurs postes et manœuvrèrent pour m’intercepter. J’imagine qu’elle les avait invités à la chasse. Malheureusement pour eux, je ne serais pas là aujourd’hui si j’étais incapable d’esquiver un ou deux patrouilleurs de police. Leur taux de virage est lamentable, donc la première leçon consiste à leur foncer droit dessus, passer juste à côté et ils mettront cinq minutes à faire demi-tour. Il faut quand même survivre au mitraillage et aux attaques de roquettes.

Les deux patrouilleurs ouvrirent le feu avec tout ce qu’ils avaient. Je répartis les boucliers et regardai avec quoi ils me canardaient. L’astuce pour survivre à ce genre de manœuvre, c’est de connaître ton vaisseau. Connais ce qu’il peut ou ne peut pas encaisser, puis concentre tes défenses sur ce qu’il ne peut pas encaisser. Pour faire court, j’étais bel et bien en train de me faire laminer.

Je partis en vrille et larguai une volée de contre-mesures pour leurrer quelques-unes des roquettes. Je tirai même un de mes missiles, puis coupai mes moteurs pour tromper un missile FoF. Je mis plein gaz, après avoir détourné l’énergie des canons pour compenser la baisse des boucliers. Soudain, ils se mirent à utiliser leurs canons. Je suppose que l’Agent venait de leur dire ce qu’il y avait dans la soute.

Je les dépassai en direction du flot continu de vaisseaux personnels et de marchands qui faisaient la queue pour passer dans le système suivant. Je plongeai sous un cargo et rasai le pont d’observation. Je parvins presque à voir les yeux écarquillés des gamins en route pour visiter le système. J’éteignis mon electroskin pour essayer de me mêler incognito aux civils ordinaires, puis je chargeai les données de navigation correspondant à ce point de saut.

L’Agent de l’Advocacy plaça son intercepteur entre le point de saut et moi. Ses armes s’activèrent. Je slalomai entre les civils. Si elle voulait risquer un tir, j’allais le rendre impossible.

Je fis un tonneau au-dessus d’elle, larguant une petite surprise au passage, et plongeai dans le point de saut. Les étoiles semblèrent devenir floues, accélérant et ralentissant en même temps. Juste après que j’eus disparu, ma bombe EMP explosa.

Elle n’était pas mortelle. Les vaisseaux redémarreraient par eux-mêmes, mais ça provoquerait assez de désordre pour me donner le temps de m’échapper.

Après avoir émergé de l’autre côté, je détalai aussi vite et aussi loin que possible. Satisfait d’être tiré d’affaire, j’eus enfin un moment pour réfléchir. Toute cette histoire ne cessait de trouver de nouveaux moyens de me mettre la tête sous l’eau. Il fallait que je fasse profil bas, que je reprenne les choses en main.

Mais il y a une chose que je savais : quelqu’un là-dehors essayait de me faire danser. Maintenant, faut que je découvre comment changer la mélodie.

 

… À suivre

 

Traduction par Baron_Noir, relecture par Hotaru et Worlak – Source : https://robertsspaceindustries.com/comm-link/spectrum-dispatch/12761-Tales-Of-Kid-Crimson-Issue-3

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *