SPONSORISÉ PAR APOCALYPSE ARMS

 

 

< DÉBUT DE TRANSMISSION >

 

 

On est parés et prêts à tirer et l’épisode d’aujourd’hui de TRACKER est chargé à bloc. Comme d’habitude, celui qui a le doigt sur la gâchette, c’est moi, Garret Coliga, et je vous canarde des dernières infos, technos et astuces officielles de la Guilde des Chasseurs de Primes qui vous sont présentées par Apocalypse Arms, notre sponsor du jour. Fabricant d’armements pour vaisseaux de qualité tels que la mitrailleuse Gatling Revenant ou le Canon Électromagnétique Strife, Apocalypse vient tout juste de dévoiler une nouvelle gamme d’armes individuelles d’aussi bonne facture et aussi dévastatrices que leurs grandes soeurs. À cette occasion, ils offrent une fantastique promotion du Jour du Citoyen où tous les clients ayant acquis leur citoyenneté durant l’année terrestre standard peuvent envoyer un formulaire pour obtenir 25% de réduction. L’offre est seulement valable jusqu’au début de la nouvelle année, alors pour tous les nouveaux chasseurs affiliés, allez donc faire des emplettes. Et n’oubliez pas de leur dire que c’est Garret qui vous envoie.

La guerre n’a été déclarée que depuis quelques semaines — il était foutrement temps si je peux me permettre — et déjà la Guilde constate une hausse des contrats. Le viseur du gouvernement se braquant sur la menace Vanduul, il semblerait que les affaires reprennent de plus belles. D’avantage grâce au nombre croissant de braves membres se manifestant pour participer à l’effort et rejoindre les rangs. Nous pensons bien fort à nos frères et soeurs, ainsi que tous les pilotes se battant pour nous protéger, mais puisque les tableaux sont submergés de primes venant du gouvernement, je me suis dis que je profiterais du Sujet Brûlant d’aujourd’hui pour mettre en avant certains contrats qui sortent un peu des sentiers battus, si je puis dire.

Le premier, un mécano en puissance. On dirait bien que Silas Rapapo lui-même, de Rapapo Repairs dans le coin de Vann, essayait de marger un peu plus sur ses profits en promettant aux gens qu’il réparait leur vaisseau avec des matériaux de haute qualité, alors même qu’il utilisait un acier bas de gamme qu’il recouvrait vite fait d’une jolie couche de peinture. Une arnaque qu’il pratiquait apparemment depuis plusieurs années, étouffant les plaintes à coup d’excuses et de pot-de-vin quand il le pouvait ; jusqu’à ce que son travail bâclé manque de peu de tuer un couple et ses trois enfants après que leur coque se soit brisée lors de ce qui aurait dû être un atterrissage banal. M. Rapapo ne s’est pas présenté en comparution, et il est en cavale depuis fin novembre. Nous espérons qu’il s’est enfuit dans un vaisseau qu’il a lui-même réparé.

On enchaîne avec un réfugié en fuite. Envoyé dans un camp de travail Xi’An en tant que dissident politique, Suec’ath est parvenu à s’échapper et à rejoindre le territoire de l’UEE dans l’espoir d’y trouver asile. Cependant, la demande a été rejetée et l’Advocacy cherche à extrader Suec’ath en territoire Xi’An. Il se trouve que les Xi’An ont particulièrement envie de le récupérer et se montrent très généreux. Et puisque Suec’ath a été capable de s’échapper d’un camp de travail de haute sécurité, on peut parier qu’il est pas mauvais quand il s’agit de se faufiler comme une anguille. Les paris sont ouverts quant à sa tentative de passer une autre bordure et voir si la chance lui sourit chez les Banu.

Ensuite, nous avons un cas de disparition. Eugene et Marigold Helms ont publié un contrat privé à la recherche d’informations concernant les déplacements de leur fille de 13 ans. Elle a fugué de leur domicile sur Cestulus il y a trois mois, et n’ont reçu aucune nouvelle depuis. Les autorités locales n’ont rien trouvé, et puisqu’elle est partie d’elle-même, ce n’est pas une priorité. Pas un contrat vraiment alléchant pour être honnête, mais parfois la récompense ne se limite pas qu’aux crédits.

Cela nous amène à notre invité du jour, Ted Morales, président du Comité des Pratiques Éthiques de la Guilde, qui va nous expliquer l’engagement qu’implique le code d’honneur en tant que chasseur de primes. Mais avant de laisser la parole à Ted, je veux revenir vite fait sur les boulots présentés dans le Sujet Brûlant et n’importe quel contrat de manière générale : pensez bien à consulter votre Guilde ou bureau de Police local pour bien vérifier et re-vérifier un avis avant de faire face à un fugitif, car certains peuvent être caducs. Et bien évidemment, les missions doivent être effectuées par des membres de la Guilde licenciés en bonne et due forme.

Ceci étant dit, j’aimerais accueillir Ted dans l’émission.

Ted Morales : Merci de me recevoir, Garret. Je suis très heureux d’être ici. Ça fait maintenant deux ans que j’écoute TRACKER, depuis que j’ai rejoint le comité. C’est un programme fantastique.

Merci Ted. Ça me touche beaucoup. Vraiment. Maintenant, commençons par le commencement, je suis certain que beaucoup d’entre-vous à l’autre bout se demandent : attendez, la Guilde a un comité ? Et la réponse est un oui retentissant. Ted, pourquoi n’expliqueriez-vous pas pour ceux qui l’ignorent ce que vous et le comité faites ?

Ted Morales : Bien sûr. Il y a des lois officielles émises par l’UEE précisant ce que peut et ne peut pas faire un chasseur de primes pour obtenir une licence, le Comité d’Éthique est là pour établir les lignes directrices pour qu’un membre sache ce qu’il devrait, ou ne devrait pas faire.  Ou, comme l’un des membres de notre comité aime le dire : distinguer ce qui est noir ou blanc est facile, on est là pour aider ce qui concerne le gris.

Je sais à quel point il est facile de s’emporter dans la traque et de justifier des moyens douteux parce qu’il s’agit d’aider à arrêter des méchants. J’ai fait des choses dans le feu de l’action dont je ne suis pas fier maintenant. Un incident évoquant le chat d’un suspect et un sas me vient à l’esprit.

Ted Morales : La majorité des chasseurs ont des histoires du même genre. Nous réalisons un travail difficile où nous avons affaire à des criminels tous les jours. C’est important pour nous d’avoir un système sur lequel nous reposer pour être certain de ne pas se retrouver dans la mouise. C’est là que le comité intervient ; non pas pour faire les choix difficiles à votre place, mais pour vous assister afin que les membres de la Guilde puissent continuer à faire leur boulot tout en respectant une certaine éthique.

Je défends avec ferveur qu’il est important de gagner sa vie correctement, mais quand il s’agit de choisir entre ce qui est juste et ce qui rapporte des crédits, ça peut vraiment être compliqué.

Ted Morales : C’est pourquoi nous avons développé ce que nous aimons appeler les Quatre D de la Traque Responsable : Détermination, Déclaration, Démesure et Discrimination. Si vous prenez le temps de vous poser ces quatre questions avant d’accepter une mission, ou même en plein milieu de celle-ci, ça peut vous aider à prendre la bonne décision.

Par exemple, la Détermination vous pousse à vous poser la question : ai-je une bonne raison de faire ce que je fais maintenant ? Ai-je des raisons suffisantes pour accepter cette mission ? Toute traque ou investigation peut nuire sérieusement à la, ou les, personnes concernées, il est donc important, dans un premier temps, de ne pas se précipiter et de regarder si la mission elle-même semble justifiée avant d’entreprendre quelque action que ce soit. C’est la Détermination.

Bien sûr. Est-ce que cette mission vaut la peine, et pas seulement du côté lucratif. Qu’est-ce que la Déclaration ?

Ted Morales : La Déclaration, c’est se demander si la mission ou les actions que vous entreprenez peuvent être rendues publiques aux yeux de la Guilde et des autorités compétentes, et si l’inverse ne vous poserait pas de problème.

Le bon vieux test de “seriez-vous gêné si vos parents le découvraient”.

Ted Morales : Tout à fait, penser à vos confrères ou mentors et à leurs réactions est définitivement une bonne chose. Si vous ne voulez pas qu’ils le sachent, peut-être est-il temps de reconsidérer ce que vous êtes sur le point de faire. Le D suivant est la Démesure. Les actions que vous entreprenez sont-elles appropriées par rapport à la tâche à accomplir ?

D’accord. Du genre faire exploser un vaisseau peut être totalement approprié si vous chassez un suspect violent, mais un peu démesuré si vous essayez de coincer quelqu’un qui triche pour avoir une bourse.

Ted Morales : C’est ça. Simplement parce qu’un certain niveau de violence est justifié dans une situation, cela ne veut pas dire qu’il est universellement éthique. C’est important de constamment évaluer vos actions afin d’être sûr que vous utilisez les moyens adaptés à votre mission actuelle.

Nous allons faire une pause dans une seconde ici, mais si mes calculs sont exacts, je pense qu’il nous manque un D.

Ted Morales : Le dernier D vaut pour Discrimination. Pas seulement celle qui concerne les personnes de races, espèces, classe économique différentes — ce qui est important — mais aussi en ce qui concerne vos sentiments personnels sur le boulot. Avez-vous eu un problème avec le détournement d’un vaisseau qui change la façon dont vous voyez un contrat ? La boutique de vos parents a-t-elle déjà été cambriolée, et vous avez —

Gardez ça pour vous, Ted. Nous avons besoin de passer quelques annonces maintenant, mais TRACKER revient et nous allons parler d’exemples pratiques dans la vie de tous les jours de l’utilisation des quatre D, et explorer les options qui s’offrent à vous si vous avez fait un choix peu éthique. Également, nous avons une présentation d’une nouvelle technologie de scan facial que vous ne voudrez pas rater. La suite de TRACKER très vite.

 

 

< FIN DE TRANSMISSION >

 

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *