GUIDE GALACTIQUE : NEXUS

UDS-2445-3-09, Hathor, la “croisée du crime” : le système Nexus a été nommé de bien des façons durant sa longue histoire. Nexus est juste le dernier et le plus évident des surnoms de la liste. Situé à la jonction de plusieurs points de saut, un endroit hautement stratégique, ce système porte le nom familier de Nexus depuis le xxvııı ͤ siècle, en référence à son rôle central de relais entre des systèmes hors-la-loi.

Quand l’UEE reprit possession du système en 2931, les autorités du gouvernement entreprirent d’utiliser l’ancien nom du système, Hator, dans le but d’effacer l’association du système avec les pirates. Malgré cela, le nom était trop ancré dans le vocabulaire de l’Empire pour être changé et la tentative fut presque universellement ignorée. Pour finir, l’UEE céda et adopta officiellement Nexus comme nom du système.

En fait, son nom a toujours été un bon indicateur de la condition courante du système. Beaucoup pensent que l’histoire de Nexus ne peut pas être mieux comprise qu’à travers  les différents noms qu’il a portés à travers les années.

UDS-2445-3-09

Nexus fut découvert le 9 mars 2445 par Dominic Thapa, une pilote de la marine de l’UNE qui explorait alors le système Cathcart, classé zone militaire à l’époque, à la recherche de nouveaux points de saut. Ce fut l’armée qui attribua son premier nom au système – UDS-2445-3-09. Des éclaireurs entrèrent dans le système peu de temps après pour y trouver une étoile blanche tirant sur le bleu de Type A, cinq planètes et une ceinture d’astéroïdes riche en minerais.

La première évaluation du système par l’UNE souligna son potentiel, mais souleva également un problème. En effet, le système Nexus ne pouvait être accessible que par Cathcart, qui était un système interdit, à usage militaire à l’époque. Plutôt que de risquer d’ouvrir Cathcart au trafic civil, l’armée essaya d’exploiter ce système elle-même – en terraformant Nexus IV et même en expérimentant la terraformation de planète brumeuses sur Nexus II. Malheureusement, à cette période, le gouvernement commençait à faire face à d’importants déficits budgétaires, et le coûteux développement de Nexus passa vite à la trappe. Les militaires ne voulant toujours pas permettre l’accès à Cathcart, un compromis fut alors établi. En permettant un accès limité à une seule corporation, un contrôle strict pouvait être maintenu, ainsi l’UNE vendit les droits d’exploitation minière de Nexus au groupe Hathor pour une somme considérable, somme qui fut immédiatement utilisée pour combler les trous dans le budget. Certains historiens pensent que cette décision a aidé le parti Universaliste à maintenir sa majorité lors des élections qui s’ensuivirent en 2468.

LE GROUPE HATHOR

Le Groupe Hathor acheta tous les droits d’exploitation minière du système Nexus en janvier 2468. Ce fut un marché sans précédent qui, plusieurs siècles plus tard, inspira l’UEE pour faire de même dans le système Stanton. Le peu de surveillance du gouvernement et du public permit ensuite au groupe Hathor d’exploiter le système comme il l’entendait. Le contrôle de la compagnie sur le système était omniprésent, au point que les cartes et diagrammes du xxvı ͤ  siècle se réfèrent à lui comme étant le système Hathor.

Lorsque Hathor eut la charge d’administrer le système, peu de lois furent appliquées. La présence militaire dans le voisinage de Cathcart s’était réduite depuis que le système avait été reconverti en décharge, et tant que les minerais étaient extraits et que les profits abondaient, le groupe Hathor ne se préoccupait pas de ce que faisaient leurs employés et sous-traitants en-dehors des heures de travail. Nexus devint connu pour ses jeux d’argent, sa violence effrénée  et ses innombrables activités illicites. Le crime était devenu le seul moteur économique viable du système en-dehors d’extraction de minerais.

Les activités illégales ne firent que s’intensifier avec la découverte de trois points de saut supplémentaires et l’augmentation de la circulation provenant des systèmes voisins non revendiqués. Des gangs commencèrent à écumer les voies de navigation reliant les points de saut aux planètes, fondant sur tout navire qu’ils trouvaient. Tout cela, combiné à la mainmise du groupe Hathor sur le système, finit par dissuader la plupart des gens de visiter le système, ainsi que les entrepreneurs d’y monter des affaires.

Pendant ce temps, le groupe Hathor continuait à drainer les ressources de Nexus III, Nexus IV et la ceinture Elcibre, jusqu’au jour où sa marge bénéficiaire commença à passer en-dessous d’un budget sécurité qui ne cessait de gonfler. Le groupe Hathor abandonna officiellement le système en 2672, laissant derrière elle des terres désolées, marquées par des siècles de forages miniers et manquant du minimum d’infrastructures civiles. Ce qui arriva ensuite ne surprit personne.

LA CROISÉE DU CRIME

Après le départ du Groupe Hathor, la surface de Lago (en particulier), dévastée par les mines, fournit une couverture parfaite pour les bandes criminelles afin d’entrer dans le système et de s’y établir pour leurs opérations. La population du système augmenta et mena certains à croire que ce dernier pourrait rivaliser avec Spider en tant que centre de la pègre. Ce fut durant cette ère que le nom de Nexus fut utilisé pour la première fois afin de décrire son rôle de système criminel central ; il eut par la suite un nom supplémentaire : la “Croisée du crime”.

Durant des décennies, l’UEE n’alloua que peu de ressources pour réfréner les activités illégales du système. Puis, en 2931, quand la tristement célèbre et éponyme  fuite de Dean Kellar se produisit dans le système Nexus, les autorités de l’UEE tentèrent de réaffirmer leur mainmise. Ils furent abasourdis en réalisant que non seulement les criminels refusaient de reculer, mais qu’en plus ils n’hésitaient pas à ouvrir le feu sur les forces de l’ordre. Une fois que la fuite de Kellar prit finalement fin, cette défiance poussa l’UEE à passer une motion pour revendiquer Nexus et mettre un terme stratégique aux zones à problèmes que sont les systèmes hors-la-loi.

L’UEE a institué depuis une infrastructure de base dans Nexus, incluant l’établissement d’une présence de l’armée et de l’Advocacy, mais les conditions dans le système peuvent être décrites au mieux comme risquées. Les voies de transport sont pour la plupart sécurisées et les hommes d’affaires qui avaient évité le système pendant des siècles commencent même à y refaire commerce. Cependant, les chefs d’entreprises de transport devraient prendre note que, même si l’UEE a progressé dans le système, la bataille pour le contrôle de Nexus est toujours en cours. Bien que l’UEE ait réussi à déloger les éléments criminels qui se retranchaient sur Nexus III, faire la même chose sur Nexus IV (Lago) n’est ni aussi facile, ni même réussi (pour le moment).

NEXUS I

Cette protoplanète orbite si près de l’étoile du système qu’elle a été totalement carbonisée. Cela n’a pas empêché le groupe Hathor de l’étudier pour y trouver des ressources. Rien de valeur n’y a été trouvé à l’époque, ce qui n’a surpris personne.

NEXUS II

Nexus II contient une atmosphère dense et riche en azote. À l’origine, l’UEE utilisait Nexus II pour expérimenter la terraformation des planètes brumeuses, mais toutes les tentatives pour obtenir une atmosphère respirable échouèrent. Beaucoup pensent que ce sont les coûts dépensés dans ces expériences de terraformation infructueuses qui menèrent l’UEE à “vendre” le système au groupe Hathor.

NEXUS III

Ce monde naturellement habitable fut à l’époque le foyer central du groupe Hathor avant que les hors-la-loi prennent possession des installations abandonnées. Quand l’UEE se mit en tête de reprendre le système, Nexus III fut leur première cible. Après une longue bataille pour contrôler la planète, l’armée de l’UEE s’y installa et y établit une présence permanente.

Aujourd’hui, la planète est réservée au personnel militaire uniquement et personne ne peut y atterrir sans les autorisations appropriées.

La Ceinture Elcibre

Durant les xxvı ͤ  et xxvıı ͤ  siècles, le groupe Hathor exploita intensivement cette ceinture d’astéroïdes clairsemée. De récentes avancées technologiques permirent de trouver des poches de minerais précieux qui n’avaient pas encore été découvertes précédemment.

NEXUS IV (LAGO)

Le nom de la planète, Lago, provient d’une célèbre vidéo du xxvı ͤ  siècle parlant d’un havre criminel fictif. En l’an 2920, cette vision se transforma en réalité. Le manque de présence de l’UEE permit aux hors-la-loi de s’y accumuler en plus grand nombre encore que sur Spider.

Sur le papier, l’UEE a fait de gros progrès dans la reconquête de la planète. Une station de l’Advocacy, des forces de police locales et une population peu nombreuse, composée de civils et de citoyens, s’y sont établis. Les familles de militaires en service sur Nexus III se sont vues offrir de charmantes terres dans le but d’alimenter la planète en résidents respectables.

Pour le moment, même avec tous ces développements positifs, Lago est loin d’être sans problèmes. Les colonies sont petites, exiguës et solidement barricadées contre les attaques des bandes organisées qui veulent les reconquérir pour leur compte. Le ravitaillement est souvent limité. Ce sont les raisons qui font de Lago un endroit attrayant pour les entreprises de transport, mais pas vraiment l’endroit idéal pour vivre.

NEXUS V (DIEU ROUGE)

C’est une géante gazeuse surnommée “Dieu rouge” par les locaux du fait de ses couleurs tourbillonnantes de rouges et de bruns foncés. Certaines sources suggèrent que ce nom tire ses origines du Sang Gestas, une bande de criminels énigmatiques sur Lago qui pensent que la planète possède des pouvoirs mystérieux.

AVERTISSEMENT AUX VOYAGEURS

Bien que d’importants progrès aient été faits dans le rétablissement de la loi et de l’ordre dans Nexus, quiconque entrant dans ce système doit se rappeler la règle des “trois S” pour un voyage sécurisé : suivez sur les voies de navigation indiquées, surveillez les alentours, et servez-vous de vos boucliers !

PAROLES DANS LE VENT

“ Aujourd’hui est un jour de fierté dans l’histoire alors que nous nous engageons dans ce partenariat avec le gouvernement pour développer plus avant nos territoires en continuelle expansion. Je sais qu’en travaillant ensemble, le groupe Hathor et l’UNE préparent de grandes choses pour ce système.”

  • Jela Martinez, Président du Groupe Hathor, communiqué de presse, 2468

 

“C’est un peu comme ça hein ? J’ai pas mal roulé ma bosse dans Nexus, et il y a jamais moyen de savoir sur qui vous allez tomber. Un peu comme le top de ce qu’il y a de pire. Comme j’aime bien le dire, toutes les routes mènent à Nexus, et vous serez sûrement dévalisé sur chacune d’entre elles.”

  • Telly “Tubs” Garson, Interviewé dans Nexus : La croisée du crime, 2925

Traduction par Hawk, relecture Arma. Merci de contacter l’auteur ou le relecteur de cet article par MP pour toute faute ou remarque éventuelles.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *