Si vous êtes intéressés par la diffusion de votre oeuvre de fiction sur Pulsar42.sc, contactez @Hotaru#8728 sur le Discord communautaire de l’association afin que nous étudions votre proposition. Sachez toutefois que la rédaction de Pulsar se réserve le droit de ne pas publier une oeuvre si celle-ci ne correspond pas à sa ligne éditoriale.

La manœuvre était quasi suicidaire, mais le capitaine Mac Mahan est parvenu à détruire la flotte qui menaçait son navire, et par la même occasion, sauver son équipage. Le prix à payer semble être trop lourd pour le capitaine de l’Albatros, et malheureusement pour lui, ses ennuis ne sont pas terminés.

Bonne lecture !

  • La rédaction

Chapitre 6 : Le réveil de l’intrus

Journal de bord de l’Albatros

28 brumaire 2945, 03H00 PM

À bord de l’Albatros

Cela faisait maintenant 2 jours que le Constellation Taurus avait quitté l’enfer de LEIR et depuis, le calme n’avait plus jamais quitté son bord. Les membres d’équipage vaquaient à leurs occupations de routine qui allaient de la vérification des systèmes de propulsion au contrôle du matériel individuel et de l’armement.

L’Albatros semblait dériver seul au milieu de l’immensité stellaire, fendant le vide à la vitesse de la lumière vers sa destination lointaine. Sur la passerelle, la vue du cockpit offrait toujours la même vision depuis deux jours, d’innombrables traits de lumière formés par le défilement des étoiles dû au saut.

Mac Mahan était assis nonchalamment sur son siège de commandement, sa tête reposant sur sa main gauche, le coude gauche posé sur l’accoudoir. Son regard pensif fixait l’espace infini. Rien ne trahissait la moindre expression sur son visage.

Oui c’est ça, il semblait avoir vieilli, se dit Jack. Il avait pris dix ans en 24 heures ! Le second de l’Albatros ne le dérangea pas. Il pianota sur la console du tableau de bord holographique pour observer les autres membres d’équipage. Rick et Vlad étaient tous deux dans le compartiment « zone de vie » tout comme Jean-Bat et le « clandestin ». Rick dormait sur sa couchette et Vlad était assis devant la table, il semblait bricoler quelque chose. Conrad lui était dans la soute et il devait refaire une énième fois l’inventaire du stock de marchandises.

Tous étaient silencieux, seul Jean-Bat rompait parfois ce silence. Il était resté à la tâche que son capitaine lui avait confiée, soigner et garder l’ « intrus ». Il semblait avoir pris son rôle à coeur car les autres membres d’équipage l’entendaient souvent lui parler et l’encourager.

Pour Jean-Bat c’était simple, cet homme, cet « Ubatan KIBAR » était sous sa responsabilité et en tant qu’infirmier, il ferait tout ce qu’il pourrait pour qu’il s’en sorte le plus indemne possible. Alors il avait décidé de lui parler régulièrement même si celui-ci restait plongé dans le coma, ne l’entendant probablement pas.

Jack coupa la retransmission des caméras et ouvrit la commande de vol sur l’écran principal. La voix synthétique de l’Albatros l’informa aussitôt du temps de trajet restant jusqu’au trou

de ver suivant.

⠀⠀— Temps d’arrivée à destination du trou de ver « FORA » estimé à 30 minutes. Décélération programmée dans 25 minutes.

Jack se retourna vers son capitaine pour lui demander de confirmer la destination mais il s’en abstint. Peut-être valait-il mieux ne pas le déranger. Il entreprit alors d’étudier les données de l’explosion d’antimatière dans le système LEIR jusqu’à l’arrivée devant le trou de ver.

Il y eut d’abord un changement dans le bruit des moteurs quantiques qui amorçaient la décélération. Les moteurs vrombirent et le vaisseau trembla légèrement, puis l’espace se figeât soudainement, laissant apparaître un spectacle que seul celui-ci pouvait offrir.

La passerelle du Constellation Taurus fut baignée dans la lumière bleutée de l’étoile à neutrons Banshee. Cela rendit une certaine solennité à ce moment, comme une sorte de paix retrouvée, comme si l’univers tout entier cherchait à apaiser les hommes.

Bientôt, un à un, presque tous les membres d’équipage furent réunis sur le pont de l’Albatros, fixant cet astre bleuté. Tous virent que Mac Mahan était très affecté et affaibli mentalement par les derniers événements. Lui qui d’habitude était toujours là pour les apaiser ou leur remonter le moral, il demeurait abattu sur son siège et n’avait pas parlé depuis leur départ.

Jack fut le premier à venir près de son capitaine, il posa sa main sur son épaule et lui dit :

⠀⠀— Ils ne nous ont pas laissé le choix capitaine, tu as pris les bonnes décisions, celles qui s’imposaient. Nous te devons la vie, merci capitaine…

Il le laissa ensuite pour se rasseoir à son poste.

Mais à sa grande surprise, tous les autres membres d’équipage vinrent chacun à leur tour poser leur main sur l’épaule de Mac Mahan et lui glisser un mot de reconnaissance ou d’encouragement.

C’était une manière très pudique mais authentique que les hommes avaient trouvée pour remercier leur capitaine. Mais c’était aussi pour eux une façon de lui dire qu’ils étaient tous là avec lui, qu’ils partageaient sa douleur et qu’ils étaient aussi là pour le soutenir.

Jack comprit alors que tous ces événements les avaient tous rapprochés au point de former non pas un groupe de marchands mais bien un groupe d’amis.

Mac Mahan se leva de son siège et avança face au cockpit, une main sur une hanche et l’autre à hauteur de son visage. Il ne dit rien.

Jack afficha les données du saut quantique sur l’écran principal :

⠀⠀— Monsieur, tous les signaux sont au vert, nous pouvons effectuer le saut vers FORA sur votre ordre.

Le capitaine lui fit un geste de la main avant d’aller à nouveau s’asseoir, Jack écrasa la commande et l’Albatros disparut dans le trou de ver en direction du système de FORA.

Le capitaine MAC MAHAN ouvrit le journal de bord sur l’écran principal de la passerelle. Il ouvrit le fichier numéro 184 :

23 Brumaire 2945

– Escale sur HYPERION – 342 JST,

– Problème de carburant ou de consommation excessive, impossibilité de rejoindre LEIR sans refaire le plein.

– Check-up + complément plein des réservoirs.

– RAS au niveau de la carburation, par contre le mélange de carburants était trop riche. Ces cons de ravitailleurs sur PERSEI – RHETOR II vont m’entendre !

– Problème de vérification des marchandises avec les autorités portuaires qui demandent vérification et consignent l’équipage à l’intérieur pendant l’opération de vérification.

– C’est anormal, ils n’ont jamais fait ça avant.

– L’antimatière était cachée. Ils ne l’ont pas trouvée. On a eu chaud !

– Vérifications terminées, nous pouvons repartir. Quelle perte de temps et d’argent !

⠀⠀— Comprends-tu maintenant Jack ? lui demanda Matthew qui venait de rompre son mutisme.

⠀⠀— Comprendre quoi capitaine…?

Matthew posa son regard noir sur son second…

⠀⠀— Non, vous ne soupçonnez quand même pas qu’il s’agit d’un complot s’étendant de PERSEI à HYPERION tout de même ?!

⠀⠀— Si, il y a quelqu’un qui a tiré des ficelles pour savoir ce que l’on avait à notre bord alors que nous-même ne le savions pas. Quelqu’un d’assez influent pour avoir fait en sorte que nous soyons obligés de faire escale sur Hypérion pour pouvoir ensuite nous balancer à des gens prêts à payer une fortune pour avoir cette information. En l’occurrence, les Reclus.

⠀⠀— Quand ces derniers ont eu l’information, ils n’avaient plus qu’à nous pister. Et pour cela rien n’était plus facile pour eux que de graisser la patte aux autorités portuaires d’Hypérion pour leur permettre de placer un mouchard sur notre vaisseau.

⠀⠀— Tu y vas un peu fort capitaine !

⠀⠀— Ah tu crois ? Tu ne vois pas les coïncidences, c’est limpide ! Tu sais que tout est achetable et certaines informations se vendent bien plus cher que n’importe quelle cargaison. Quelqu’un a eu vent de la nature d’une partie de notre chargement.

⠀⠀Quelqu’un savait qui était Ubatan KIBAR et savait qui pourrait être intéressé par son retour sur sa planète natale. Ce n’est pas les reclusiens et leur doctrine centrée sur eux-mêmes qui ont eu vent du retour discret de leur héritier légitime. C’est quelqu’un d’autre. Et c’est ce quelqu’un que je vais rechercher, car il est la cause de tous ces morts.

Jack lui répondit :

⠀⠀— Je comprends maintenant, c’est Orace KIBAR, actuel Imperator qui a donc donné l’ordre de nous abattre et souhaité la mort de son frère et donc notre mort à tous. Mais ça m’étonnerait qu’il l’ait dit à sa flotte. Il doit être le seul au courant avec celui qui lui a vendu l’information. Comment comptes-tu t’y prendre ? Le poisson à ferrer va être gros tu sais, et les risques d’autant plus importants.

⠀⠀— D’autant plus si nos têtes viennent à être mises à prix. Pour l’instant ça n’a pas l’air d’être le cas, mais ça nous pend au nez.

⠀⠀— Pas si je vous aide…

La porte de la passerelle se referma dans un chuintement. Ils ne l’avaient pas entendu rentrer… Ubatan KIBAR se tenait debout devant eux emmitouflé dans une couverture et soutenu par Jean-Bat. Ce dernier prit la parole :

⠀⠀— Désolé Capitaine il s’est réveillé et… et a commencé à poser plein de questions. J’ai alors voulu activer l’intercom pour vous prévenir mais… j’ai… j’ai malencontreusement retransmis votre conversation dans tout le vaisseau. Il m’a alors demandé de laisser la communication…et…et nous voilà.

⠀⠀— Ne le réprimandez pas capitaine, c’est ma faute. Nul doute qu’il est inutile de faire les présentations alors venons en aux faits. Je crois deviner d’après votre conversation et d’après mes souvenirs encore diffus, les événements qui se sont déroulés. Si je puis vous aider sachez que mon aide vous sera fortement utile.

Matthew s’avança alors vers Ubatan.

⠀⠀— Je n’en doute pas Monseigneur. Capitaine MAC MAHAN, commandant de l’Albatros. Bienvenue à bord.

Les deux hommes se serrèrent la main puis se dirigèrent vers la zone de vie du Constellation. Matthew entra le premier et prévint les hommes d’équipage qui s’y trouvaient.

⠀⠀— Laissez-nous je vous prie messieurs.

MAC MAHAN lui fit un résumé des événements jusqu’à l’explosion de la bombe d’antimatière. Il n’osa pas regarder Ubatan KIBAR dans les yeux, il avait honte de lui et sa rage était d’autant plus grande qu’il serra ses poings à en faire blanchir les jointures de ses phalanges.

Ubatan encaissa le choc.

⠀⠀— Tant de vies sacrifiées sur l’autel de l’ambition et de la haine que mon frère a dressé depuis tant d’années. Il ne vous a pas laissé le choix Capitaine. Mais nous vous devons aussi la vie, nous tous ici présents.

Mac Mahan se contenta de hocher la tête sans mot dire.

Matthew lui expliqua sa thèse sur la trahison et la vente de l’information concernant le retour de l’héritier légitime de l’Imperator Octavian KIBAR à bord de son vaisseau. Il lui expliqua ensuite son intention de retrouver le responsable de cette trahison.

⠀⠀— Vos intentions sont nobles, capitaine, mais seul, vous n’y arriverez pas. Il vous faut du soutien, quelqu’un qui connait les forces en présence et qui possède des contacts sûrs. Si vous comptez vous rendre sur Hyperion, il va vous falloir une nouvelle identité ainsi qu’un nouveau numéro d’enregistrement pour passer sans problème les autorités portuaires de la planète. Laissez-moi contacter des amis qui pourront vous apporter leur aide.

Le capitaine de l’Albatros ne put s’empêcher de répondre :

⠀⠀— C’est peut-être ces mêmes amis qui vous ont trahi !

⠀⠀— Ne vous en faites pas pour cela, eux aussi luttent contre cet ennemi commun. Car il s’agit toujours du même. Ne vous en faites pas capitaine, vous comprendrez tout très prochainement. Nous sommes justes désolés de vous avoir mêlé à cela.

⠀⠀— Nous ?!

⠀⠀— Oui, je veux parler de mes amis de l’Agence PERSÉIDES EXPORTATION ! Il faut les contacter tout de suite…

publication le 7 novembre 2018

relecture par Attero, odysseus1992 et Hotaru

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *