Lors de la CitizenCon 2948, un document de plus d’une centaine de pages a été dévoilé au public : le Précis de langage Xi’an à l’attention des diplomates. Traduit ensuite en français pour vous par nos soins, accompagné d’un dictionnaire (également traduit), la langue possède un vocabulaire qui s’étend régulièrement via des mises à jour sur Spectrum.

Mais, afin de rendre à peu près accessible la langue aux moins acharnés d’entre vous, nous allons essayer d’en décortiquer les mécaniques de base. Pour les personnes que cela peut intéresser parmi vous, n’hésitez pas à aller consulter le précis.

Aujourd’hui : les Particules de Clarification Verbale (PCV).

Lors des deux derniers chapitres, nous avons vu neuf verbes et des myriades de façons de les utiliser. Mais cela ne suffit pas toujours. Parce que le Xi’an est, rappelons-le, une langue visant l’efficacité avant tout, il est souvent utile de rajouter des informations pratiques, comme par exemple des indications temporelles.

Comme pour les verbes de la première partie, nous allons dresser une liste globale de ces derniers et voir comment nous en servir, en laissant aux amateurs éclairés la possibilité d’aller chercher l’information dans le précis. Une PCV se place directement après l’un des neuf verbes. Si vous avez du paracétamol, c’est maintenant ou jamais.

Utilisons une phrase d’exemple simple, que nous allons appliquer à toutes les sauces : 

sya (no’a) ten
J’ai besoin de nourriture.

  • PA : état passé à terminer. En l’associant au tai ye (“jour”), on crée le mot yepa (“hier”).

sya pa (no’a) ten
J’ai eu besoin de nourriture.

sya yepa (no’a) ten
J’ai eu besoin de nourriture hier.

  • : état ininterrompu, en cours. Y ajouter, par exemple, yepa change la période temporelle, mais insiste toujours sur le besoin.

sya .ā (no’a) ten
J’ai toujours besoin de nourriture.

sya .ā yepa (no’a) ten
J’étais en besoin actif de nourriture hier.

  • CHI : quelque chose a très récemment changé (ou ne va pas tarder à le faire) d’un état ou condition à un autre. C’est le plus proche équivalent du futur en Xi’an. Pensez à la phrase “Je pars demain”, où le verbe n’est pas conjugué au futur.

sya chi (no’a) ten
J’ai désormais besoin de nourriture.

sya chi yesye (no’a) ten
J’aurai besoin de nourriture demain.

  • KO : condition préexistante. 

sya ko (no’a) ten
J’ai (ou avais, ou aurai) besoin de nourriture.

  • AN” : quelque chose arrivera, en relation avec un autre événement. Il est souvent en lien avec .ath’a, avec qui il signifie grossièrement “lorsque/alors”.

e an” yoii .ath’a, sya ko (no’a) ten
Lorsqu’il fera noir, j’aurai besoin de manger.

  • NGYA : conditionnel. S’il se passe ___, alors ___.

sya ngya (no’a) ten, kon no’a kura.
Si j’ai besoin de nourriture, (alors) j’irai en chercher.

  • E’A : probabilité.

sya e’a (no’a) ten el loa.
J’aurai sûrement besoin de nourriture, parce que je n’ai pas mangé.

  • MO : présomption.

sya e’a (no’a) ten e mo yoten.
J’aurai sûrement besoin de nourriture, car j’ai l’air d’avoir faim.

  • : assurance. Les Xi’an n’exagèrent que très rarement, donc il faut faire attention à celui-ci. Peut être doublé pour indiquer quelque chose de sûr à 100%.

sya sū (no’a) ten e ko yoten syen ye.
J’ai définitivement besoin de nourriture puisque je n’ai pas mangé depuis deux jours.

sya sū sū (no’a) ten e ko yoten syen ye.
J’ai ABSOLUMENT besoin de nourriture puisque je n’ai pas mangé depuis deux jours.

  • : potentiel.

sya sā (no’a) ten.
Il se pourrait que j’aie besoin de nourriture.

  • ING : doute du locuteur. Si c’est quelqu’un d’autre qui doute, il faut utiliser ngiing.

sya ing (no’a) ten e run kren.
Je doute d’avoir besoin de nourriture, j’en ai assez.

e ngiing ang sya (no’a) ten E.de’l.
Edel doute que tu aies besoin de nourriture.

  • NOTH : suggestion ; conseil. “Je pense que tu devrais…” “Il est suggéré de…” Si jamais vous croisez cette PCV sur un panneau dans un lieu public, ce qui la suit est ce qui est attendu de vous.

o e’a noth loa Kiro .u yoleth.
Je pense que Kiro devrait probablement manger lentement.

e .ā noth kao” .u h.ey’an nya.
Il est suggéré que les gens restent ici à attendre patiemment.

  • S.ŌNG : permission. “J’ai le droit/la permission de…” Permet également de demander la permission dans des interactions sociales occasionnelles.

o s.ōng (e xyi Nua’n.ā) loa ē’pua.
J’ai la permission de Mère de manger du fromage.

s.ong na” ?
“Puis-je ..?”

te sā / r.uang ha”. yo s.ōng.
“Oh, oui, je vous en prie. / Je suis vraiment désolé mais ceci n’est pas permis.”

  • KUAI : utilisé pour ne pas définir directement qui accomplit une action.

o kuai ing yepa loa m.oa ten
Je crois que toute la nourriture a été mangée hier.

  • HON : “tendance à…”

o hon loa xii no’a
J’ai tendance à manger souvent.

  • KI’A : métaphore ; phrase non-littérale. À utiliser absolument en cas de non-littéralité, sinon les Xi’an vous prendront toujours au sérieux. Parfois utilisé pour une ironie moqueuse quand la phrase n’est pas métaphorique, ainsi que dans les proverbes Xi’an. Sous sa forme négative ki’a lai, ou ki’al, il veut dire “réellement”.

e kua ki’a o h.eiy’an .a’u e suā r.ai
Je pense qu’attendre ici dure une année. (Typiquement à la poste)

e ki’a e tūn ha” T.or’
Thor est vraiment malin. (Ironie moqueuse)

sya kuai ki’a ye xyai ka R.aip’uāng
100.000 jours seront nécessaires sur Raipwaang.

(Cela va prendre une éternité.)

lo ki’al p.u ao e AoPo’a.
Aopoa est réellement une bonne entreprise.

  • TUE” : “faisons ___ (ensemble)”

o tue” xuan St.a’r S.iti’xen.
Jouons à Star Citizen.

  • MYĀ : impératif ferme. À la base, c’est un ordre. Il devient une demande avec thāth, et signifie également “doit” si le sujet est autre que le “tu” implicite. Sous sa forme négative myā lai, ou myāl en contracté, il indique une interdiction.

o myā .uai nui Pariyē’rse.
Va à la Pari’Verse.

o myā thāth .uai nui Pritixēn’kon.
Je te demande d’aller à la BritizenCon.

o myā .uai nui Manxēs’tēr Lupu’uē.
Lubuwei doit aller à Manchester.

o myāl k’ya yoii.
Ne combats pas le côté obscur.

  • SYE : transition d’un état à un autre (“devenir”). Peut avoir une notion de “dans la durée” ou bien instantanée.

lo sye tue” uē hai se s.o’e.
Devenons amis.

tii sye pa Hōk nya’t.oy’an se yāng.
Hawk est devenu notre enseignant.

  • YAO : capacité à faire ___.

o yao loa ten e ten Hyū’mân.
Je suis capable de manger de la nourriture humaine.

  • HA” : emphase ; “très”. Il existe une atténuation, ha’ha, qui n’est pas drôle, et se traduit globalement par “plutôt ; assez ; relativement”.

lo ha” lē te’.ah’a.
Tu es vraiment sexy.

lo ha” p.u ten.
La nourriture est vraiment bonne.

Voilà ! C’est fini ! Vous connaissez toutes les PCV qui nous ont été indiquées dans le précis sorti par CIG ! La prochaine fois, nous verrons les dernières formes verbales, puis nous en aurons fini avec la partie la plus compliquée du Xi’an en termes de langue ! Mais rassurez-vous, pour vous récompenser, vous aurez droit à des petits bonus sympathiques comme les chiffres, nombres et couleurs !

À bientôt pour un nouveau chapitre du G2X Xi’an !

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *